Decouverte-maison.fr » Bricolage » Diagnostic énergétique : comment ça se fait ?

Diagnostic énergétique : comment ça se fait ?

Il faut savoir que le monde est en train de connaitre une importante transition écologique, et c’est exactement pour cela que des innovations comme Les diagnostics énergétiques ont vu le jour.

Qu’est-ce que c’est que le diagnostic énergétique ?

Le diagnostic de performance énergétique DPE est l’évaluation de la consommation d’énergie, des capacités thermiques et de l’émission de gaz à effet de serre d’un logement.

Ce diagnostic est évalué selon les installations de chauffage, de la production d’eau chaude sanitaire, du refroidissement, de la ventilation et de la localisation du bâtiment et son orientation. Le bâtiment peut être résidentiel (individuels et collectifs) ou tertiaire (bureaux, établissements d’enseignement, hôtels, commerces).

Le diagnostic se fait par des thermiciens professionnels certifiés selon deux méthodes :

  • La méthode de calcul 3CL (Calcul de la Consommation Conventionnelle des logements) où le diagnostic énergétique varie selon la consommation qui est égale aux déperditions d’énergie (selon l’orientation de la maison, surface : la dalle béton (au-dessus d’un vide sanitaire ou terre pleine), la couverture (toiture, l’épaisseur d’isolants et les types de fenêtre), les déperditions dynamiques (ventilation) et les matériaux utilisés divisés sur la surface du bâtiment. Cette méthode est validée pour les logements construits après 1984 et à chauffage individuel.
  • La méthode des factures d’électricité et de gaz des 3 dernières années ou relevées de consommation pour l’évaluation des consommations et économies énergétiques. Cette méthode est validée pour les logements construits avant 1984, les logements chauffés collectivement et les bâtiments tertiaires.

Le classement énergétique :

Ce classement se fait selon deux étiquettes que voici :

  • Etiquette énergie : elle permet de classer le logement à l’année sur une échelle de A jusqu’à G selon la consommation d’énergie primaire. La lettre A est attribuée à un bien économe et la lettre G est attribué à un bien énergivore (figure 1). L’unité de mesure est kWh/m2/an.
  • Etiquette climat : elle permet de classer le logement selon l’émission de gaz à effet de serre sur une échelle de A à G (figure 2). Cette étiquette permet d’évaluer l’impact du logement sur l’environnement. L’unité de mesure est kgeqCO2/m²/an, soit en kilogramme équivalent CO2 par mètre carré par an. Le CO2 est utilisé comme étalon car il existe d’autres gaz à effet de serre notamment le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), les chlorofluorocarbures (CFC).

Ce diagnostic permet d’établir des recommandations de réparations pour vente ou location selon l’identification de failles d’isolation et la perte d’énergie si elle existe. Il est nécessaire de le faire depuis 2011 en France. En effet, des travaux de rénovation énergétiques peuvent se faire, par exemple en changeant l’équipement de chauffage ou l’isolation thermique (la toiture, les murs, les planchers bas, les fenêtres ou porte-fenêtre, vitrage et volets…).